Conférence pour la journée mondiale de lutte contre la Drépanocytose

Lutter contre toutes formes de maux, tel est le leitmotiv de l’OMS. Cette organisation n’a pas manqué d’instituer chaque 19 Juin la journée mondiale de lutte contre la Drépanocytose. La drépanocytose est une maladie génétique dont sont atteintes plusieurs personnes dans le monde. La JILUD s’est encore tenue cette année à la grande joie de tous.

La quatrième édition de la Journée Internationale de Lutte contre la Drépanocytose (JILUD) en partenariat avec l’institut Européen de coopération et de Développement est placée sous le double signe de la sensibilisation et du dépistage. Elle fait écho à la journée mondiale de la lutte contre la drépanocytose instituée le 19 juin par l’OMS depuis plus de 10 ans. L’OMS a classé la Drépanocytose parmi ses priorités pour la zone Afrique. La Drépanocytose occupe le quatrième rang dans les priorités en matière de santé publique mondiale, après le cancer, le sida et le paludisme d’où la date instituée du 19 juin pour commémorer la lutte contre cette maladie.

LIRE AUSSI: Don du gouvernement des Etats-Unis au Service de Santé des Armées

C’est quoi la drépanocytose?

La drépanocytose est une maladie fréquente, grave, et héréditaire qui atteint l’hémoglobine et qui se traduit par une déformation des globules rouges qui prennent une forme de croissant (ou faucille).

Plusieurs personnes précisément 153 millions de personnes sont atteintes à travers le monde. Selon l’OMS, nous assistons à 500 000 naissances par an dans le monde d’enfants Drépanocytaires. En Afrique et plus particulièrement en Afrique Noire subsaharienne, il y’a 300 000 naissances dont la moitié meurent avant l’âge de 05 ans par défaut de dépistage et de prise en charge précoce. La fréquence la plus élevée a été enregistrée en Afrique centrale (45% en Ouganda). La prévalence en Côte d’Ivoire varie entre 12 et 18 % selon les régions (surtout dans le Nord).

Notons que les différents services d’Hématologies des trois Centres Hospitaliers Universitaires de Côte d’Ivoire ont enregistré en 2014 : 11972 patients souffrant de Drépanocytose (Yopougon : 8572 patients, Cocody : 3000 patients et Treichville : 400 patients) avec une moyenne de 591 nouveaux cas chaque année.

La drépanocytose est une maladie grave qu’on ne peut guérir mais qui est de mieux en mieux pris en charge. C’est une maladie de la douleur (os, ventre…), douleurs qui peuvent apparaître de façon brutale. Cette douleur vient des globules rouges anormaux (en forme de croissant) qui bouchent les petits vaisseaux sanguins. Elle se traduit aussi par une anémie spécifique (la drépanocytose fatigue vite). L’enfant drépanocytaire peut aussi s’infecter facilement (méningites, pneumonies fréquents). La drépanocytose s’exprime différemment d’une personne à l’autre. La drépanocytose impose des précautions et un traitement à vie.

Les actions menées pour la population

Devant l’ampleur du problème et les limites des solutions médicales proposées, les associations, le Ministère de la santé et la communauté scientifique ont choisi d’agir sur la prévention qui se traduit par les actions suivantes :

  • 1- Communiquer et sensibiliser sur la maladie à grande échelle, pour informer et former les populations sur la maladie, le dépistage et la prise en charge
  • 2- Dépister toutes les personnes résidentes en Côte d’Ivoire entre zéro et trois mois afin que chacun connaisse son statut et évite les mariages avec des personnes porteuses du gène malade.
  • 3- Faire un bilan prénuptial pour connaitre son statut au regard de la drépanocytose avant le mariage pour éviter de faire des enfants malades lorsque l’un d’un futur conjoint porte le gène malade

Leave a comment

ivoirienne © 2020.

Tous les droits réservés.